Lors du Conseil municipal du 9 juillet dernier, une délibération nous était proposée pour instituer un mécénat entre des entreprises et certaines manifestations culturelles organisées par la Mairie de Vif. Si la stratégie parait louable en ce qu’elle permet de conforter financièrement ces actions culturelles, nous voyons poindre là un risque de connivence entre les élus et les chefs d’entreprises, ceux-ci étant par ailleurs fournisseurs de la commune…  Nous nous sommes abstenus !

Par contre lors des questions diverses, Frédérique Chanal, membre de notre groupe s’est exprimée entre notre nom pour protester à propos du bilan mi-mandat de la municipalité. Celui-ci évoque page 7, la reprise par la mairie de la Maison des associations, reprise qui se borne désormais à la gestion du planning des salles de réunion. Pour nous, c’est un dévoiement total du projet initial qui voulait que les associations aient leur propre autonomie avec le comité, dans cet équipement. Ce comité rend des services très importants aux autres associations de la commune. Il est aujourd’hui traité comme les autres associations alors qu’il les rassemble pour répondre à des besoins communs que la mairie aurait bien du mal à assumer si les bénévoles du Comité n’étaient pas là. La Maison des associations est aujourd’hui un équipement municipal comme les autres ni plus ni moins.

Lors de ce Maire a refusé de prendre et insérer la déclaration écrite de Frédérique Chanal pour l’intégrer au compte-rendu du Conseil municipal. Et, le DL, dans son article 11 juillet,  attribue à Brigitte Périllié plutôt qu’à Frédérique la teneur des propos. Quand on ne veut pas voir et entendre et que l’on détient les rênes du pouvoir et de l’information, c’est facile !

En attendant, Carole Lavasseur, présidente du Comité des associations s’est exprimée également dans ce sens et comme d’habitude le maire a refusé de répondre… Dont acte !

Article DJ du 11 juillet 2018   Article_MDA_DL11_07_2018

Lettre  Comité des Associations Lettre_ouverte___M__Le_Maire_juillet_18