Avec les lois de décentralisation et les réformes électorales qui les ont accompagnées, l’exercice de la démocratie locale est resté inachevé à  Vif. La présence au sein du conseil municipal, de conseillers dits minoritaires ou d’opposition est vécu avec crainte voire empêchement.  Alors, que cela pourrait être une richesse pour les échanges d’idées. Sûr que notre présence n’a pas été considérée de façon constructive!

Ce que nous constatons :

-          une information minimum et tardive à notre intention, bien souvent en même temps et telle qu’elle est délivrée à l’ensemble des citoyen-nes de la ville ;

-          une absence de débat en amont sur les décisions portées à délibération en conseil municipal ;

-          des commissions municipales pré-conseils municipaux cantonnées aux projets ficelés ;

-          une absence de prospective sur les décisions à prendre ;

-          une crainte manifeste à entendre les arguments ou interrogations formulés par les élus minoritaires…

Il en résulte pas mal d’erreurs de jugement d’une équipe sans doute sincère mais qui pêche par manque d’expérience…

Si l’attitude du maire avait été autre, le projet de médiathèque aurait avancé plus vite car, ce qui a fait obstacle à sa réalisation avait été énoncé par nos soins dès le début, telle que la surface minimum requise, sa localisation et son financement. Si nous nous réjouissons que l’essence de notre projet initial de 2007 ait été reprise par la municipalité. Nous constatons le temps perdu et peut-être les financements. Par ailleurs, la réserve foncière rue du Portail rouge n’aurait pas été entamée…  La reconstitution des conditions requises à la réalisation de cet équipement coûtera sans doute aux contribuables et les Vifois-es attendront ! Alors, qu’en sera-t-il ensuite de l’ancien prieuré de Vif ? Sera-t-il finalement vendu pour que l’on réalise par la suite que sa localisation et son histoire sont stratégiques pour le développement patrimonial et touristique de Vif ?

Pourtant, nous avons pu constater lors de ces quatre années de mandat que nous partageons un certain nombre d’objectifs en matière d’urbanisation : le projet « Sous le pré » qui aurait été semblable ; l’appréciation du PADD qui va préfigurer le futur PLUI de la Métropole nous rassemble…  

Alors, pourquoi avoir peur des échanges internes et pourquoi ne pas nous saisir en amont au lieu de mettre sous les faits accomplis ?

 

Article publié dans le bilan d'étape 2014-2018 de la municipalité